##MT##Encadrer des souvenirs dans des boîtes d’ombre#/MT##

 

Je pense que cela revient simplement à aimer l’idée d’exposer des choses qui font des souvenirs heureux au lieu de les ranger dans un placard dans une boîte qui ne sera jamais ouverte. Donc, dès que nous avons commencé à écrire notre livre, il y a plus de trois ans, j’ai cherché des objets que je pourrais conserver et mettre dans une boîte pour commémorer à jamais ce voyage fou que nous n’aurions jamais pu imaginer faire un jour. L’une de mes choses préférées à collectionner tout au long du processus était les crayons que nous utilisions pour faire des modifications sur le manuscrit et les mises en page géantes que nous expédions dans les deux sens entre l’éditeur et nous-mêmes.

 

Les crayons étaient longs au départ, mais au fil des 336 pages qui composent notre livre, ils s’usaient lentement. Nous utilisions différentes couleurs en fonction des tours d’édition que nous faisions (le correcteur orthographique écrivait dans une couleur, notre éditeur utilisait une autre couleur, et nous écrivions dans une troisième couleur) et les papiers étaient envoyés dans les deux sens ressemblant à un amusant petit arc-en-ciel de chaos que seul le compositeur pouvait comprendre. Comme vous pouvez l’imaginer, puisque l’ébauche du livre a été écrite il y a plus d’un an, et que les choses ont été affinées et révisées au cours des dix derniers mois avec ces petits crayons fous, nous en avons amassé toute une collection, dont beaucoup étaient usés jusqu’à la moitié de leur taille après des tas et des tas de notes dans ces marges.

 

J’ai envisagé de simplement mettre les crayons dans une boîte d’ombre par eux-mêmes, mais j’ai pensé qu’il serait amusant d’ajouter d’autres objets significatifs pour nous rappeler ce livre-rouleau fou, donc tout, du papier peint texturé à un échantillon de tissu, une carte postale aléatoire et la petite pierre personnalisée qui nous rappelle Burger (tous provenant de projets de livres secrets) a fini dans ma pile de boîte d’ombre.

 

J’ai laissé tout sécher en place (il ne faut pas l’accrocher avant que la colle ne soit totalement sèche, car les choses doivent lutter contre la gravité une fois accrochées), puis le lendemain, j’ai collé le tout dans le cadre…

 

… et je l’ai accroché à une jolie petite place d’honneur dans la salle de bain du hall. J’ai pensé à le mettre dans notre couloir de cadres, mais pour une raison étrange, j’avais l’impression que je l’aurais ” enterré ” – donc j’adore qu’il ait une petite place à lui pour que nous puissions le contempler chaque fois que nous sommes dans cette pièce (c’est là que Clara prend ses bains et s’assoit sur le pot, donc nous y passons beaucoup de temps ces jours-ci). Oh et nous ne nous inquiétons pas de la vapeur qui pourrait entrer et lui faire mal puisque les bains de Clara ne sont pas chauds et que nous ne nous douchons pas là-dedans (nos invités ont leur propre salle de bain). Ouf.

 

Cette serviette de vélo n’est-elle pas mignonne ? C’est censé être un torchon (je l’ai acheté pour John ici), mais il fonctionne tout aussi bien pour se sécher les mains en sortant.

 

Qu’est-ce que vous avez fourré dans des cadres ces derniers temps ? Quelqu’un d’autre fait des choses bizarres comme collectionner les crayons usagés et conserver de minuscules échantillons de tissu ? Je ne peux pas être la seule…